/*

Jeux d'attention: Colin-maillard

Vous êtes ici : Accueil » attention » Jeux d'attention: Colin-maillard

[tab:ARTICLE]

6 à 15 joueurs

Matériel :

1 bandeau

Plus vraisemblablement que le jeu de l’oie, le jeu de colin-maillard était déjà pratiqué par les Grecs. Pollux, le précepteur de l’empereur romain Commode, le décrit sous le nom grec muynda. Les Romains l’appelaient aussi la mouche d’airain.

L’origine héroïque ou galante qu’on a voulu lui attribuer semble bien fantaisiste. Un chevalier liégeois, du nom de Colin et surnommé Maillard à cause de son habileté à manier le maillet, fut, dit-on, frappé en plein visage et rendu aveugle au cours d’un combat. Courageusement, il continua à se battre à mort contre les hommes du comte de Louvain, ennemi de Robert le Pieux. Pour commé­morer ce haut fait, le roi aurait institué chaque année un tournoi à armes émoussées où un chevalier, les yeux bandés, se battrait seul contre tous les autres. Codefroi de Bouillon aurait remporté sept fois ce tournoi.

Quant à l’origine galante, en voici l’interprétation. Charles VIII avait pour confesseur un cordelier, le père Maillard, qui reprochait parfois au roi ses aven­tures amoureuses. A l’issue d’un souper à la Cour, l’une des favorites aurait imaginé, pour se moquer du cordelier, de lui bander les yeux et de le diriger à sa fantaisie en l’appelant : « Colin ! Colin ! »

Colin désignait, en effet, dans l’ancien vocabulaire des jeux, celui qui s’y colle – expression qu’emploient encore les enfants pour le jeu de cache-cache – et d’une façon plus générale le joueur aux dépens de qui s’amusent ses camarades. Rabelais cite, parmi les jeux de Gargantua, le jeu de colin-maillard sous les noms de colin-bridé, casse-pot et mousque, ce dernier venant de la mouche d’airain des Romains.

Le nom de maillard fut sans doute ajouté plus tard à celui de colin. Provenant du latin comme mail et maillet, il désignait le bâton destiné à pousser une boule. Et l’on sait qu’au XVIIIesiècle on donnait au colin une baguette pour désigner son prisonnier afin qu’il ne puisse pas deviner son identité en le tou­chant avec ses mains.

La règle du jeu

Un joueur, désigné par le sort, a les yeux bandés. On le fait tourner sur lui-même pour qu’il perde le sens de l’orientation.

Les autres participants se dispersent dans la pièce et provoquent de la main ou de la voix le colin-maillard qui cherche à les atteindre.

Chaque fois que le colin s’approche d’un obstacle dangereux, ses com­pagnons lui crient : « casse-cou », afin qu’il s’en détourne à temps. Lorsque le colin a saisi un joueur, il doit l’identifier. S’il le reconnaît, le joueur prend sa place. Les participants peuvent rapidement échanger des vêtements ou des bijoux, modifier leur coiffure, etc., pour ne pas être reconnus. Si le colin se trompe de nom, il relâche son prisonnier et se lance dans une nouvelle poursuite.

Les variantes

Il existe de multiples variantes de colin-maillard qui se pratiquent plus facilement à l’intérieur que la version courante.

  • Le colin-maillard assis

Les joueurs sont assis en cercle sur des chaises. Le colin-maillard, debout au centre du cercle bras croisés, va s’asseoir sur les genoux de l’un d’eux dont il doit dire le nom sans toucher d’autres parties de son corps ou de ses vêtements.

Naturellement, les joueurs changent discrètement de place entre eux de temps à autre pour dérouter le colin.

Si celui-ci se trompe de nom, il passe sur les genoux d’un autre joueur. S’il tombe juste, la personne identifiée prend sa place.

  • Le colin-maillard à la silhouette

On connaissait déjà ce jeu au XVIIIe siècle. Le colin se place derrière un rideau translucide et l’on pose une lampe allumée sur une table au milieu de la pièce qui, sans elle, serait plongée dans l’obscurité.

Chaque joueur passe entre le rideau et la lampe en déformant autant que possible son profil et son allure. Si le colin le reconnaît, il prend sa place.

  • Le colin-maillard au goût

On présente au colin des aliments dont le goût est quelque peu diffé­rent et qu’il doit identifier ; par exemple, des bonbons, des confitures. Tous les joueurs sauf un sont des colins. Celui qui a reconnu le plus
grand nombre d’aliments est le gagnant. On prend garde, évidemment, que les réponses des uns ne soient pas perçues par les autres.

  • Le colin-maillard à l’odeur

On fait respirer aux colins des parfums variés, plus ou moins connus et adaptés à l’âge des joueurs.

  • Le colin-maillard au son

Le meneur de jeu frappe avec une baguette, une clé ou une pièce de monnaie, des objets de matière différente. Ou bien il laisse tomber sur le carrelage des objets divers (mais non fragiles !), épingle, bouchon, etc., qui seront reconnus par le son produit. Ici, tous les joueurs ont les yeux bandés et celui qui identifie un son marque un point.

  • Colin-maillard au toucher

Cette variante, utilisée généralement dans un but éducatif, s’adresse à de jeunes enfants.

Les joueurs présentent au colin des objets de formes variées ou de matières différentes. Celui dont un objet a été identifié prendra la place du colin.

[tab:VIDEOS]

Vidéo : Jeux d’attention: Colin-maillard

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Jeux d’attention: Colin-maillard

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=kn7edC41oJ0] [tab:END]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié


- Debug: cached@1502803851 -->