Le Pachisi

> > Le Pachisi ; écrit le: 11 janvier 2012 par La rédaction

Le pachisi ou jeu des Vingt-Cinq est un jeu traditionnel en Inde depuis plusieurs siècles. On le trouve sous diverses variantes en Asie et en Amérique du Sud. Très souvent comparé au Backgammon, il a aussi de grandes ressemblances avec notre jeu européen des Petits Chevaux.
Le grand empereur moghol de l’Inde, Akbar, au xvi1 siècle, avait fait construire, dans chacun de ses palais, des aires de jeu géantes sur lesquelles il pouvait jouer des parties de pachisi avec ses courtisans. Les pions vivants de ces parties étaient de jeunes esclaves de son harem, habillés de vêtements aux couleurs appropriées.
On peut voir encore ces aires de jeu dans les palais d’Agra, d’Allahabad et de Futteypore.

  • 2, 3 ou 4 joueurs
  • 15 mn à 1 h

MATÉRIEL

Un plateau de jeu en forme de croix, avec un couloir circulaire et quatre branches rejoignant le c1entre, le Char-koni. (En Inde, le plateau de jeu est en tissu brodé.) 6 Cauris, petits coquillages présentant une face bombée et une face plate fendue, qui servent de dés. Les coquillages étant utilisés selon un système de pile ou face, on peut les remplacer par des pièces de monnaie. Quatre séries de 4 pions de couleurs ou de motifs différents.

BUT DU JEU

Être le premier des joueurs à amener ses pions de la case de départ à la case d’arrivée.

REGLES

Disposition du jeu

Les joueurs prennent place aux extrémités de la croix. La case de départ est celle qui se situe devant le joueur, à gauche (diagramme I ).

Diagramme I : Position initiale du jeu à deux

Déplacement des pions

Chaque joueur, à son tour, lance ses Cauris, et avance un de ses pions du nombre de points indiqué par le jet.
Les pions progressent dans le sens des aiguilles d’une montre, et font tout le tour du plateau de jeu, selon le parcours indiqué par le diagramme 2.

Diagramme 2 : Progression des pions dans le sens des aiguilles d’une montre 1. Départ 2. Refuges 3. Arrivée : le Char-Koni

Déroulement de la partie

Au début du jeu, le premier pion de chaque joueur entre sur le tapis avec n’importe quel tirage. Par la suite, pour mettre en jeu les autres pions, ou pour réintégrer un pion qui a été sorti, il faut obtenir 6, 10 ou 25 points.
Un joueur peut avoir I, 2, 3 ou toutes ses pièces en jeu à n’importe quel moment de la partie.

Prise des pions adverses

Un pion ne peut être pris s’il se trouve sur l’une des 12 cases refuges. En dehors de ces refuges, un pion est pris si un pion adverse vient se poser sur sa case. Dans ce cas, le pion pris est sorti du jeu. Le joueur devra obtenir 6, 10, ou 25 points pour pouvoir faire rentrer ce pion de nouveau dans le jeu. Le joueur qui vient de prendre un pion adverse rejoue. Une fois qu’un pion a rejoint sa colonne centrale, il ne peut plus être pris.

Doublement des pions

Si le pion d’un joueur vient se poser sur une case où se trouve déjà l’un de ses propres pions, celui-ci pourra s’il le désire constituer un « pion double ». Aux tours suivants, ces deux pions avanceront ensemble.
Un pion double ne peut être pris par un pion simple adverse, mais seulement par une pièce de force égale, c’est-à-dire un pion double adverse.

Fin de la partie

Le but du jeu étant de faire sortir les pions du plateau, il faut, pour cela, une fois qu’un pion a rejoint sa colonne centrale, obtenir un nombre de points correspondant exactement au nombre de cases qui le séparent du centre. Si le tirage est inférieur au nombre de cases restant à parcourir, le joueur peut rapprocher d’autant son pion du centre. S’il est supérieur, il ne peut avancer son pion.
Le gagnant est celui qui a le premier réussi à mener ses 4 pions jusqu’à la case finale. Le jeu peut continuer pour déterminer le classement des autres joueurs.

← Article précédent: Le Muehal Pathan Article suivant: Le Pancha Keliya


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site