Le Cameroun

> > Le Cameroun ; écrit le: 24 février 2012 par La rédaction


2 joueurs ou plus

Matériel :

5 dés, papier, crayon

Les joueurs lanceront les dés dix fois chacun, à tour de rôle. L’ordre de |eu est tiré au sort.

.

.

Le résultat des combinaisons obtenues en lançant les dés sera inscrit dans les colonnes verticales du tableau ci-dessous, sur la rangée hori­zontale attribuée à chaque joueur. A chaque coup de dés, on ne pourra écrire que dans une seule colonne.

Les nombres portés en bas des colonnes indiquent le total à ne pas dépasser dans chacune d’elles. Lorsque ce montant est atteint, on fait une croix dans la case vide placée au-dessous : aucun des joueurs ne peut plus rien inscrire dans ladite colonne.

.

.

La marque des points

1. Dans les six premières colonnes, on inscrit les points donnés par les cinq dés: cinq 6 comptent pour 30, quatre 6 pour 24, etc.

Les colonnes S et B (de l’anglais small, petit et big, grand) correspondent respectivement à la séquence mineure : I-2-3-4-5 et à la séquence majeure : 2-3-4-5-6. La première vaut 15 et la seconde 20. Chacune d’elles ne peut être inscrite qu’une fois au cours de la partie.

.

.

Dans la colonne F (de l’anglais full, plein ; prononcez : foui), on inscrit la main pleine, c’est-à-dire un brelan et une paire. Le full vaut l’addition des points de chaque dé : de 7 (trois as et deux 2) à 28 (trois 6 et deux 5).

La colonne Q est le quinton, dit cake (prononcez : kék, gâteau en anglais). Il rapporte 30 points pour cinq dés identiques de quelque valeur que ce soit.

.

.

Une partie

Le premier joueur fait rouler les cinq dés à la fois. Supposons qu’il amène : 5-5-5-6-2. Il peut conserver ce coup et marquer 15 (trois fois 5) dans la colonne de 5. Mais il a aussi la faculté de rejouer tous ses dés ou un certain nombre d’entre eux. Ici, il a intérêt à conserver ses trois 5 et à relancer les deux autres dés pour tenter d’obtenir un full ou bien un ou deux autres 5. S’il amène une paire, il notera le total des points dans la colonne F. Sinon, il inscrira le total des 5 dans la colonne appropriée. Cependant, avant de jeter les dés pour la troisième fois, il est tenu d’an­noncer la colonne choisie. S’il choisit une colonne de I à 6, il aura tou­jours à y inscrire au moins le total des dés qu’il a mis de côté. Mais s’il annonce l’une des colonnes S, B, F ou C sans obtenir la combinaison désirée, il trace une croix dans cette colonne et sur sa rangée puisqu’il n’a pas marqué de points et il interdit par là-même à ses adversaires d’utiliser la colonne. Par contre, s’il gagne, il inscrit les points corres­pondants.

Le joueur amène par exemple : 5-4-4-3-2.Au deuxième jet, il lancera un des 4. S’il obtient un as, il aura une séquence mineure et marquera 15 points dans la colonne S ; s’il tire un 6, il aura une séquence majeure et marquera 20 points dans la colonne B. La colonne en question sera dorénavant bouchée. S’il n’a pas sorti le 6 ou l’as, il peut jouer une troi­sième fois, mais avant de lancer les dés, il devra dire s’il choisit la colonne S ou B, ce qui diminuera ses chances de moitié.

.

.

Lorsque les joueurs ont eu les dés dix fois en main, on totalise dans la colonne de droite les points obtenus par chacun d’eux et le gagnant est celui qui a le total le plus élevé.


.

.

Vidéo : Le Cameroun

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le Cameroun

https://www.youtube.com/embed/2cZPl8IsUhI

← Article précédent: Les dés indiens Article suivant: Le bidou


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles