Jeux : La pétanque

> > Jeux : La pétanque ; écrit le: 9 mars 2012 par La rédaction

2,4,6  ou 8 joueurs

Matériel :

1 jeu de boules réglementaires

La pétanque doit son nom à l’expression méridionale : pieds-tanqués qui signifie pieds joints. C’est, en effet, la position dans laquelle se tient le joueur de pétanque.

La popularité de ce jeu ne cesse de s’accroître en France et à l’étranger car il présente l’avantage de se pratiquer sur un terrain quelconque non délimité : place publique, mail, route, plage, etc.

La Fédération Française de Pétanque et de Jeu Provençal (FFPJP) compte aujourd’hui près de 500 000 licenciés ; elle adhère à la Fédération mondiale qui groupe une vingtaine de pays et organise les championnats du monde.

Une partie de pétanque se joue généralement entre deux équipes de trois joueurs qui ont chacun deux boules ; c’est la triplette, mais les ama­teurs peuvent jouer en tête-à-tête (à deux, ou en doublette (deux équipes de deux) ; dans ces deux cas, chaque joueur dispose de trois boules. Plus rare est le jeu de quadrette (deux équipes de quatre), avec deux boules par joueur.

Le terrain:

Le jeu de pétanque se pratique sur tous les terrains. En l’absence d’un règlement strict à ce sujet, il est convenu que lorsque le but a été lancé aucun obstacle ne peut plus être déplacé.

Cependant, de nombreux clubs ont souhaité avoir leur propre terrain délimité ; dans ce cas, il doit avoir au minimum 4 mètres de largeur sur 15 mètres de longueur et être ceinturé par une ligne de perte tracée une distance maximale de 4 mètres. S’il comporte une barrière, celle-ci doit être installée à 30 centimètres minimum à l’extérieur de la ligne de perte.

Le matériel:

Les boules de pétanque doivent être en métal, avoir un diamètre compris entre 7,05 et 8 centimètres et peser entre 650 et 800 grammes. La marque du fabricant (qui doit être agréé par la Fédération) et le chiffre du poids doivent être gravés sur la boule et rester toujours lisibles.

Le but (dit aussi « cochonnet » ou « petit ») est exclusivement en bois. Il a un diamètre compris entre 25 et 35 millimètres et peut être peint pour une meilleure visibilité sur le terrain.

Il est interdit aux joueurs de changer de boules ou de but en cours de partie sauf si ceux-ci sont introuvables ou s’ils se cassent. Lorsqu’une boule ou un but se casse en deux ou plusieurs morceaux, le plus gros seul compte pour la marque s’il n’y a plus de boules à jouer. Le remplacement sera fait à la mène suivante.

S’il reste des boules à jouer, on remplace le plus gros bout par une boule ou un but de diamètre identique.

La mène:

On désigne par mène la phase de jeu qui va depuis l’envoi du but jus­qu’au lancer de la dernière boule.

Une mène se déroule de la façon suivante :

–     Un joueur lance le but (dans des conditions que nous verrons plus loin) et pointe la première boule.

–     Un membre de l’équipe adverse lance une boule à son tour.

L’équipe qui, dès lors, « tient le point », c’est-à-dire possède la boule qui est placée le plus près du but, ne joue plus tant que son adversaire n’a pas réussi à faire mieux.

Lorsque deux boules adverses sont situées à égale distance du but ou le touchent, trois cas se présentent :

1)     L’équipe qui a joué en dernier lieu rejoue, puis l’équipe adverse et ainsi de suite alternativement jusqu’à ce que l’une d’elles gagne le point.

2)     Si une seule équipe dispose encore de boules, elle les envoie et marque autant de points qu’elle a de boules plus proches du but que celles de l’adversaire.

3)     Si les deux équipes n’ont plus de boules, le résultat de la mène est nul et le but revient à celui qui a gagné la mène précédente.

– Les membres d’une même équipe jouent dans l’ordre qu’ils veulent, mais ils doivent tous jouer et chacun doit lancer ses propres boules.

–  Une mène est terminée lorsque toutes les boules ont été lancées ou que le but est perdu. On compte alors les points : la boule la plus proche du but rapporte 1 point, de même que les autres boules les mieux placées si elles appartiennent au joueur qui a déjà gagné I point avec la meilleure boule.

Une boule qui reste accolée au but sans qu’on puisse faire passer une feuille de papier entre les deux rapporte 2 points.

Le lancer au but:

A la première mène:

Les joueurs tirent au sort pour déterminer le joueur (s’ils ne sont que deux) ou l’équipe qui va lancer le but. Un joueur de cette équipe (peu importe lequel) choisit le point de départ et trace sur le sol un cercle tel que ses pieds pourront y tenir (entre 35 et 50 centimètres de dia­mètre), à I mètre de tout obstacle ou de la limite d’un terrain interdit. Les pieds « tanqués » à l’intérieur de ce cercle, il envoie le but. Lui- même, pas plus que les joueurs suivants, ne doit mordre avec ses pieds sur le cercle, ni en sortir avant que la boule lancée ait touché le sol.

Aux mènes suivantes:

A la seconde mène, le but est lancé par le joueur ou l’équipe qui ne l’a pas lancé la première fois. Aux mènes suivantes, c’est à l’équipe qui a marqué le point que revient ce rôle.

Le but est alors envoyé à partir d’un cercle tracé autour de l’endroit où il se trouvait à la fin de la mène précédente, sauf dans le cas où :

  • le nouveau cercle se situerait à moins d’1 mètre d’un obstacle ou de la limite d’un terrain interdit ; dans ce cas, le joueur trace le cercle la limite réglementaire de l’obstacle ou du terrain interdit ;
  • le lancer du but ne pourrait se faire à la distance réglementaire. L joueur peut alors reculer jusqu’à ce qu’il obtienne la distance maximum de lancement.

Validité du but lancé:

Le lancer du but est valable si :

  • la distance qui sépare le but du point du cercle le plus proche est de 6 à 10 mètres pour les seniors, 5 à 9 mètres pour les cadets, 6 à 9 mètres pour les juniors ;
  • le but s’arrête à 1 mètre au minimum de tout obstacle et de la limite d’un terrain interdit ;
  •  le but est visible du joueur qui se tient debout, absolument droit, pieds à l’intérieur du cercle.

Si, après trois jets consécutifs, par la même équipe, le but n’est toujours pas valable, il est confié à l’équipe adverse qui dispose aussi de trois essais et qui est autorisée à reculer le cercle si le but ne peut être lancé dans une direction quelconque à la distance maximale.

Après le lancer de la première boule, l’adversaire a encore le droit de contester la validité du but. Si son point de vue est admis, le but est relancé et la boule rejouée, mais plus aucune contestation n’est possible sur la validité du but lorsque l’adversaire a lancé également une boule. Un but qui est arrêté dans sa course par une personne, un animal ou un objet mobile n’est pas valable ; il doit être relancé et le jet annulé ne compte pas dans les trois essais auxquels une équipe ou le joueur a droit.

Une fois le but lancé, il est formellement interdit de retirer, écraser ou déplacer un obstacle quelconque : caillou, feuille, brindille, etc.Toutefois, le joueur qui s’apprête à jouer peut effacer l’empreinte laissée par la boule du joueur précédent.

En revanche, au cours d’une mène, si un objet quelconque (feuille, papier, sac en plastique) vient à masquer le but, il est retiré.

Afin d’éviter toute contestation, l’emplacement du but doit être « mar­qué » en traçant deux traits perpendiculaires dont l’intersection indique le point de contact du but avec le sol. Cela est également conseillé pour 1rs boules ; faute de quoi, aucune contestation ne peut être admise.

Si, sous l’action du vent ou de la pente du terrain, le but se déplace ou ’il est accidentellement déplacé, il est remis à son emplacement primitif (qu’il est donc important d’avoir repéré).

But perdu:

On dit que le but est « perdu » lorsque son lancer n’est pas valable. Cela se produit dans six cas précis :

  1.   quand le but est lancé en dehors des limites indiquées plus haut ;
  2.  quand, se trouvant sur terrain autorisé, il n’est pas visible du joueur se trouvant en position droite dans le cercle de lancement. Toutefois, un but masqué par une boule en cours de jeu n’est pas perdu ;
  3.  quand, au cours d’une mène, il est déplacé en terrain interdit, c’est- à-dire au-delà de la limite du terrain ou de la ligne de perte, ou dans une flaque d’eau où il flotte librement ;
  4.   quand, au cours du jeu, il s’immobilise dans le cercle de lancement ;
  5.    quand, après avoir été déplacé, il se trouve à plus de 30 mètres du cercle de lancement ;
  6.     quand, après avoir été déplacé, il est devenu introuvable, c’est-à-dire qu’il n’a pas été retrouvé durant les cinq minutes qui ont suivi sa disparition.

Si le but est perdu, mais non introuvable, trois cas peuvent se présenter.

  1.    Chaque équipe a encore des boules à jouer : alors la mène est nulle.
  2.    Une seule équipe a encore des boules à jouer : les boules les plus proches du but comptent pour la marque si elles se trouvent en terrain autorisé, et les boules qui restent à jouer doivent également être lancées en            terrain autorisé.
  3.   Les deux équipes n’ont plus de boules à jouer : les boules qui sont le plus près du but et qui se trouvent en terrain autorisé comptent pour les points.

Si, au cours d’une mène, le but est introuvable, trois cas se présentent également :

  1.     si chacune des équipes a encore des boules à jouer, la mène est nulle.
  2.    Si une seule équipe a encore des boules à jouer, elle marque autant de points qu’elle détient de boules à jouer.
  3. Si aucune des équipes n’a de boules à jouer, la mène est nulle.

Le lancer des boules:

La première boule d’une mène est toujours lancée par un joueur l’équipe qui a gagné le tirage au sort ou la mène précédente, même a perdu ses trois essais de lancer de but. Ce n’est pas nécessairement même joueur que celui qui a lancé le but.

Dès que le but est lancé, tout joueur dispose d’une durée maximum d’une minute pour lancer sa boule après l’arrêt du but ou de la boule jouée, ou éventuellement après la mesure de la boule jouée.

Pendant le lancer d’une boule, le plus grand silence doit être observé tant par les joueurs que par les spectateurs, qui doivent également r ter immobiles. Les adversaires doivent se tenir en arrière du joueur 01 du côté du but, à deux mètres au moins de l’un ou de l’autre. Les partenaires peuvent se tenir entre le but et le cercle de lancement.

Une boule lancée ne peut être rejouée sauf si elle a été arrêtée ou déviée involontairement par un animal ou un objet mobile, ou par un boule provenant d’un autre jeu, ou en cas de contestation acceptée d lancer de but (voir plus haut).

Attention : les réclamations doivent être présentées après chaque lan­cer ; celui qui lance sa boule est censé accepter la situation antérieure.

Pointer et tirer:

Ce sont deux manières de lancer une boule selon le résultat que l’on veut obtenir.

Pointer, c’est placer une boule le plus près possible du but, qu’elle entraîne ou non d’autres boules sur son passage. La première boule est obligatoirement pointée.

Il y a trois façons de pointer une boule :

– à la roulette, c’est-à-dire en lui faisant toucher le sol à moins de 3  mètres du bord du cercle de lancement afin qu’elle roule le plus long­temps possible vers le but.
– en demi-portée, c’est-à-dire en lançant la boule un peu plus haut pour qu’elle suive une trajectoire en cloche et retombe sur le sol à peu près à mi-chemin entre le cercle et le but.
– en portée, c’est-à-dire en envoyant la boule en l’air très haut pour qu’elle retombe presque à la verticale à moins de deux mètres du but. Dans ce cas, elle roule très peu. Les terrains mous du Nord se prêtent mieux à ce coup difficile que les terrains durs et secs du Midi. Tirer consiste à essayer de frapper directement le but ou une boule pour  déplacer.

Arrêt d’un but frappé:

SI un but frappé par une boule est arrêté par l’arbitre ou un spectateur, il conserve sa nouvelle position.

Si un but frappé par une boule est arrêté par un joueur, l’adversaire de celui qui l’a arrêté a le choix entre trois solutions :

  • laisser le but à sa nouvelle place.
  • le remettre à sa place primitive.
  • le placer dans le prolongement de la ligne allant de sa place primitive S l’endroit où il a été arrêté, mais uniquement en terrain autorisé et de façon que la mène puisse se poursuivre.

Le but qui a été envoyé sur le terrain d’un autre jeu est toujours valable. Si c’est nécessaire, les joueurs utilisant ce but attendront la fin de la mène commencée par les joueurs du terrain « envahi » pour terminer leur mène.

La fin de la partie:

Les triplettes et les quadrettes se jouent en 13 points. On jouera donc autant de mènes qu’il le faut pour que l’un des deux joueurs ou l’une des équipes obtienne ce nombre de points.

Vidéo : Jeux : La pétanque

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Jeux : La pétanque

← Article précédent: Le concours d’OFNI (Objets Flottants Non Identifiés): Article suivant: Jeux : La lyonnaise


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site