Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ Jeux et loisirs

Les jeux de ficelle

Vous êtes ici : » » Les jeux de ficelle ; écrit le: 27 février 2012 par La rédaction modifié le 9 octobre 2014

Les jeux de ficelle1 ou 2 joueurs

Matériel :

ficelle

Ce sont là jeux de solitaires.



Prendre une ficelle, pas trop grosse, longue d’un mètre à un mètre cin­quante, et nouer ensemble ses deux extrémités. Toutes les figures décrites ici s’élaborent à partir de la boucle ainsi formée.

Le jeu consiste à évoquer, avec la ficelle, différents objets par une série de manoeuvres et d’entrelacs.

Pour la clarté des explications, les doigts seront désignés de I à 5 en partant du pouce. La lettre D indique qu’il s’agit de la main droite et la lettre G de la main gauche.

Le tambour

Passer la boucle derrière G 1 et G 5.

Croiser les brins.

Introduire D I et D 5 comme G I et G 5.Tendre.

Passer D 2 sous la ficelle placée en travers de la paume gauche.

Passer G 2 sous la ficelle qui se trouve en travers de la paume droite devant D 2.

Tourner légèrement les mains tenues l’une au-dessus de l’autre : le tam­bour se présente verticalement.

Le berceau

Introduire les mains dans la boucle à l’exception des pouces. La ficelle passe donc entre D 1 et D 2, G1 et G 2, les paumes étant face à face. 11″. quatre doigts de la main droite pris dans la boucle passent, par devant soi, sous le brin G 1 – D 1 (comme si l’on se frottait les paumes de bas en haut).Tirer.

Effectuer la même opération de l’autre main.

D 3 s’introduit sous la ficelle qui passe en travers de la paume gauche et tire.

G 3 fait de même.

Présenter le berceau en dirigeant les mains vers le sol.

La tour Eiffel

Faire le berceau.

Prendre avec les dents, par son milieu, la ficelle qui passe entre D I – D 2 et G I – G 2.

Rabattre les mains vers l’intérieur et dégager tous les doigts sauf D 3 et G 3 qui constituent les deux pieds de la Tour Eiffel (on la voit de face), le sommet étant maintenu par les dents. Par un mouvement de rotation de la main, prendre les pieds avec les pouces afin que les bouts de ficelle qui constituent les pieds ne soient plus croisés. Pour plus de réalisme, on peut aussi décroiser le sommet de la tour.

La patte d’oiseau

Passer la ficelle derrière G I et D I, devant G 2, G 3, G 4 et D 2, D 3, D 4, derrière G 5 et D 5.

Introduire D 2, puis G 2 sous le segment barrant la paume opposée et tirer.

Joindre bout à bout G I et G 4 et faire passer la boucle de G I en G 4. Même opération de la main droite.

Prendre la ligne G 5 – D 2 et la basculer par-dessus G 5. Prendre la ligne D 5 – G 2 et la basculer par-dessus D 5.

Faire passer la ligne G 5 – D 5 par-dessus les deux auriculaires pour la placer entre G 5 et G 4 et D 5 et D 4.

Dégager les index et tirer pour obtenir la patte d’oiseau.

Le cul de chat

La ficelle fait deux fois le tour de l’index droit et, après croisement, prend le pouce droit.

Tirer sur le brin qui entoure l’index pour y introduire le pouce. Prendre successivement les deux brins formant la boucle restante pour les amener par-dessus le pouce ; le brin de la gauche va à droite, celui de droite va à gauche et le croisement se fait entre D 1 et D 2.

Le losange obtenu au centre s’ouvre et se ferme de manière très sug­gestive selon qu’on écarte les doigts ou qu’on tire sur la ficelle.

Le parachute

Passer la boucle derrière G 1, devant G 2, derrière G 3, devant G 4, der­rière G 5.

Enfiler la main droite dans la boucle tombante.

D 2 et D 3 attrapent par le dessus la ficelle qui passe devant G 2 et G 4. Tirer en laissant échapper la ficelle retenue par le poignet droit de manière qu’elle vienne se plaquer contre la paume gauche.

Abaisser G 2, G 3 et G 4 par-dessus celle-ci dans les trois rails corres­pondants.

Faire passer la main droite par-dessus la gauche pour la placer derrière elle. La main droite lâche alors la ficelle.

D 2 prend le brin qui passe devant G I, et D 3 celui qui passe devant G 5 (côté paume et par le dessus).

En tirant avec D 2 et D 3, le parachute apparaît.

L’évasion des doigts

Passer la boucle derrière G I. Croiser la ficelle vers soi (main perpendi­culaire au corps, paume tournée vers la droite).

Introduire G 2 sous la boucle restante, après le croisement.

Croiser à nouveau la ficelle vers soi et introduire G 3 sous la boucle res­tante, après le croisement.

Faire de même pour G 4 et G 5.

Faire pivoter la main d’un quart de tour, la boucle se place alors du côté du dos de la main.

Croiser la boucle vers l’extérieur (de droite à gauche) et faire passer G 4 dessous après le croisement.

Ramener la boucle côté paume ; croiser la boucle vers l’extérieur et y Introduire G 3 par-dessous après le croisement.

Ramener la boucle côté dos ; croiser vers l’extérieur et introduire G 2 par-dessous.

Ramener la boucle côté paume ; croiser vers l’extérieur et introduire G I par-dessous.

Dégager G 5.Tirer sur les deux brins qui entourent G 1 : les doigts sont aussitôt libérés.

La barrière

Accrocher la boucle derrière G 1, D 1, G 5 et D 5 ; la ficelle passe ainsi devant G 2, G 3, G 4 et D 2, D 3 et D 4.

D 2 s’introduit sous le segment qui passe en travers de la paume gauche et tire.

G 2 de la même façon s’introduit sous la ficelle qui traverse la paume droite et tire.

G 1 et D 1 se dégagent. Passant sous tout le jeu, ils se placent derrière et ramènent en avant le brin tendu entre G 5 et D 5 (*). l es pouces s’enroulent avec le brin qui se trouve devant eux, en passant par-dessous. Ils vont alors chercher respectivement les deux diagonales qui partent de G 5 et de D 5, toujours en restant sous le jeu, et les ramè­nent à eux.

G 5 et D 5 se dégagent et la barrière est formée.

La double barrière

G 1 saute le brin D 2 – G 2 et attrape par-dessous la ficelle qui passe entre G 2 et G 3.

D 1 fait de même.

D 5 et G 5 se dégagent et, enjambant le brin le plus proche d’eux, ils vont prendre par-dessous le suivant et le ramènent avec eux.

Les pouces se dégagent à leur tour ; ils passent par-dessus les brins les plus proches d’eux et attrapent par-dessous le troisième qu’ils ramènent avec eux.

Saisir, avec D I et D 2, la boucle passant derrière G 2 et la passer der­rière G I, tout en la maintenant derrière G 2.

Même opération de la main gauche.

Les pouces, appuyés sur la plus haute des ficelles qui les entourent, s’abaissent vers l’intérieur et font passer par-dessus eux la ficelle la plus basse ; ils se redressent.

D 2 et G 2 s’introduisent dans les triangles formés à la base des pouces. La main se renverse, paume vers le sol, tandis que D 5 et G 5 se déga­gent.

G 1 et G 2, D I et D 2 s’écartent doucement et la double barrière appa­raît. On la présente verticale, les paumes tournées vers l’extérieur.

Vidéo : Les jeux de ficelle

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les jeux de ficelle

← Article précédent: Article suivant:

Une réponse pour "Les jeux de ficelle"

  1. pepin  15 mai 2012 at 16 h 22 min

    très bien mais sa sera bien de mettre une vidéo et afficher une image des main avec g1 g2 g3 g4 g5 d1 d2 d3 d4 d5

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles