Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ Jeux et loisirs

Le jacquet

Vous êtes ici : » » Le jacquet ; écrit le: 27 février 2012 par La rédaction

Le jacquetjoueurs

Matériel :

1 jeu de jacquet, 2 dés

Le jacquet est une forme simplifiée du tric-trac qui nous est venue d’An­gleterre où elle fut inventée sous le nom de backgammon. Son nom jac­quet est peut-être la déformation d’un mot anglais jockey employé pour désigner le postillon que l’on retrouve dans ce jeu.



On utilise la table du tric-trac à vingt-quatre flèches alternativement claires et sombres , trente pions appelés dames (quinze de la même couleur par joueur) et deux dés ordinaires.

Pour qu’un coup de dés soit valable, les dés doivent reposer à plat sur la table.

La partie

Chaque joueur empile ses dames par cinq sur sa flèche de départ (A pour le joueur X et a pour Y). Le jeu consiste à amener, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, toutes ses dames sur le grand jan de l’adver­saire (g, h, i, j, k, I pour X et G, H, I, J, K, L pour Y), puis à les faire sortir du jeu. Le gagnant est naturellement celui qui y parvient le premier.

Les règles du jeu

Il convient d’observer certaines règles pour effectuer ce parcours.

1.  On peut faire progresser une dame du total des deux dés ou deux dames chacune du point amené par un dé. Par exemple, si l’on tire 4 et 5, on a le choix d’avancer une dame de 9 points ou bien deux dames, l’une de 4 et l’autre de 5 (mais il est interdit d’avancer une dame de 6 et l’autre de 3).

2.  On ne peut pas se placer sur une flèche occupée par l’adversaire et il est obligatoire de se reposer sur une case vide après avoir compté le point du premier dé. On a donc intérêt à occuper le plus grand nombre de flèches possible ; le joueur qui en occupe six consécutives empêche toute progression de l’adversaire, mais il n’est autorisé à le faire que s’il a déjà pris possession de sa vingt-troisième et de sa vingt-quatrième cases (K, L et k, I). Si, par suite de flèches bouclées, c’est-à-dire occupées par 1 adversaire, on ne peut utiliser que les points d’un seul dé, on négli­gera l’autre dé. Si l’on ne peut se servir d’aucun, on passera son tour.

3. Si l’on amène un double, le total des points est multiplié par deux, par exemple, le double-trois (ou tous les trois) donne le droit d’avancer :

une seule dame de 12 points (4 x 3), ou deux dames soit de 6 points chacune, soit l’une de 9 et l’autre de 3, ou trois dames, de 6 pour l’une et 3 pour chacune des deux autres, ou encore quatre dames de 3 points chacune.

4. Toute dame touchée avec le doigt doit être jouée à moins que le coup ne soit impossible. Si un joueur veut poser le doigt sur une dame avant d’être certain de la jouer, il doit dire au préalable : « J’adoube. »

Première phase

On tire avec un seul dé pour savoir qui aura la pose, c’est-à-dire qui jouera le premier. Le point le plus élevé l’emporte. On tire à nouveau en cas d’égalité.

Au début de la partie, chaque joueur ne peut avancer qu’une seule dame, le postillon, qui, au cours de ses déplacements, s’arrête sur la pointe de la flèche. Lorsque celui-ci est arrivé dans le jan placé à droite de l’adversaire, le joueur peut engager ses autres dames qui seront posées à la base des flèches.

Seul le double 5 permet d’atteindre ce jan en un coup puisqu’il donne 20 points (le postillon se place alors en I ou i). Par contre, au premier coup le double 3 ne donne que 9 points puisque la douzième case, occu­pée par le talon de l’adversaire, est interdite.

Deuxième phase

Lorsque toutes les dames d’un joueur se trouvent dans le grand jan de l’adversaire, il conviendra de les en faire sortir en observant certaines conventions.

On peut sortir soit deux dames placées sur les flèches correspondant au point de chaque dé (G et g = 6 ; L et I = I ), soit une dame placée sur la flèche correspondant au total des deux dés. Il n’est donc pas possible de sortir plus de deux dames en un coup de dés.

De plus, le point d’un dé peut faire sortir une dame posée sur une case correspondant à ce point ou une dame plus proche de la sortie, mais il faut d’abord avancer les dames les plus éloignées avant de sortir les dames plus proches.

Par exemple, si un joueur tire un 5 et un as, il a le choix de sortir sa dame du 6 ou ses deux dames placées l’une sur le 5 (H ou h), l’autre sur l’as. Mais s’il n’a pas de dames sur le 5, il doit avancer sa dame du 6 avant de sortir une dame de 2, 3 ou 4.

Vidéo : Le jacquet

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le jacquet

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles